retour

index

emploi des temps

le futur

Utilisation du futur

Le futur peut indiquer :

1) une action qui va se produire considérée comme certaine

Je vais aller à la mairie pour me faire une carte d'identité, ils sauront me renseigner.

On est sûr d'obtenir une réponse.

Remarque : aller suivi par son propre infinitif désigne un futur proche : je vais aller.

2) un ordre

Pendant que je fais le ménage, tu feras la vaisselle.

"Tu feras" signifie "fais" et il s'agit d'un ordre.

l'imparfait et le passé simple de l'indicatif

Utilisation de l'imparfait

L'imparfait peut indiquer :

- une action du passé dont la durée n'est pas définie

Il prenait son bain.
Elle occupait un poste dans l'administration.

- une action ou un phénomène qui se répète

Le midi, il mangeait dans le parc.
Tous les jours, elle nettoyait les meubles.

- une description

└ l'est de l'étang, c'étaient les bruyères et puis les prairies et les cultures. La ferme s'élevait presque à l'horizon.

Utilisation du passé simple

Le passé simple peut indiquer :

- une action achevée, par opposition à l'imparfait

Elle était sa femme depuis longtemps quand il lui dit...

- une action soudaine

Il était dans son bain quand le téléphone se mit à sonner.
Sa vie se passait paisiblement quand soudain, il tomba malade.

On notera que le passé simple ne s'emploie pas à l'oral, seulement à l'écrit.

le présent de l'indicatif

Utilisation du présent de l'indicatif

Le présent de l'indicatif peut indiquer :

1) des paroles en train d'être prononcées

on le retrouve dans les répliques entre personnages à l'intérieur d'un même texte au passé :

Quand il entendit la nouvelle, il s'écria : "c'est formidable!"

2) une vérité générale 

Les difficultés vinrent de ce que sa maladie n'était pas de celles que l'on soigne selon les méthodes éprouvées.

en employant le verbe soigner, l'auteur désigne un ensemble de maladies qui répondent à cette définition.
Le présent de vérité générale est également celui que l'on retrouve dans les proverbes :

les bons comptes font les bons amis. 

et dans les fables :

On a souvent besoin d'un plus petit que soi.

3) des actions passées que l'on veut faire revivre

Dans un texte au passé, on peut rencontrer un verbe au présent de narration ce qui rend le récit plus vivant. Ce procédé est souvent employé par les journalistes pour rendre l'article plus proche du lecteur. On appelle cela le présent journalistique.

Le pic était juste au dessus de sa tête, et elle ne l'avait pas vu qu'après avoir pas mal regardé de côtés et d'autres. Suivant ses pensées, la sage ╔lise se met à pleurer.

L'emploi du présent traduit mieux que le passé simple la soudaineté de la réaction de la jeune fille.

4) le passé proche ou le futur proche

Je vais au cinéma, je reviens ce soir.

Le premier verbe désigne une action qui vient de se produire alors que le second désigne une action qui va se produire bientôt.

L'imparfait du subjonctif

L'imparfait du subjonctif ne s'emploie plus qu'à l'écrit. On ne le trouve jamais à l'oral. Pourtant, si on se réfère aux règles de concordance des temps, il retrouve un grand rôle dans la grammaire française.

En théorie, lorsque la principale est à l'imparfait, au passé ou au conditionnel, il faut répercuter cette marque du temps dans la subordonnée. On utilise alors soit l'imparfait soit le plus-que-parfait du subjonctif.

- il faudrait qu'il vînt demain.
- il faudrait pour cela qu'il fût venu plus tôt.
- il fallait qu'il vînt demain.
- il fallait pour cela qu'il fût venu plus tôt.

Les deux phrases ci-dessus sont grammaticalement complètement exactes mais on se rend bien vite compte que plus personne ne s'exprime comme cela. On préfère ne pas respecter la concordance des temps et l'on dit :

- il faudrait qu'il vienne demain.
- il faudrait pour cela qu'il soit venu plus tôt.

└ l'écrit, on retrouve cependant encore l'emploi du subjonctif imparfait à toutes les personnes pour les auxiliaires avoir et être et seulement à la troisième personne du singulier pour les autres verbes.

- Il avait agi ainsi pour que nous eussions le temps de riposter.
(avoir, toutes les personnes)
- Il nous prévint pour que vous fussiez en état d'agir.
(être, toutes les personnes)
- Je le prévins pour qu'il sût à quoi s'en tenir.
(autres, 3e personne du singulier uniquement)

Pour les autres personnes, on préfère finalement changer la phrase afin de ne pas alourdir la phrase.

- Il désirait que vous arrivassiez le plus vite possible.
(correct mais personne ne l'écrit)
- Il désirait que vous arriviez le plus vite possible.
(incorrect et mal admis dans la langue surveillée)
- Il désirait vous voir arriver le plus vite possible.
(tout à fait correct, on contourne le subjonctif)

Le participe présent et l'adjectif verbal

Attention à bien faire la différence entre le participe présent et l'adjectif verbal. Leur orthographe ne suit pas les mêmes règles. Le participe présent est toujours invariable et il exprime une action : des fillettes tremblant de peur.

Quant à l'adjectif verbal, il indique toujours un état et suit les règles d'accord de l'adjectif : des fillettes tremblantes.

L'orthographe de l'adjectif verbal et du participe présent ne sont pas toujours identiques. Par exemple :

Participe présent Adjectif verbal
adhérant adhérent
convainquant convaincant
différant différent
divergeant divergent
équivalant équivalent
fatiguant fatigant
négligeant négligent
provoquant provocant

└ noter également les orthographes différentes de certains noms, différents du participe présent :

Participe présent Nom
adhérant un adhérent
différant un différend
fabriquant un fabricant
présidant un président
résidant un résident

Participe présent Adjectif verbal Nom
obligeant obligeant l'obligeance
exigeant exigeant l'exigence
négligeant négligent la négligence

Plus que jamais, il faut bien faire attention à comprendre la phrase à écrire et la fonction de chaque mot avant de faire les accords.


La concordance des temps

On appelle concordance des temps le mécanisme temporel entre deux verbes lorsque l'un s'inscrit dans la dépendance syntaxique de l'autre. En clair et pour ne pas faire trop compliqué, on ne parle de concordance que lorsqu'il y a une proposition subordonnée.

Je veux qu'il sache.
Je vois qu'il sait.

Ce phénomène n'est pas propre au subjonctif puisque, comme on le voit dans l'exemple ci-dessus, il intervient aussi à l'indicatif. Cependant, la concordance des temps présente une grande caractéristique au subjonctif : un système réduit de concordance.

Le système classique de concordance des temps

Dans le tableau suivant, deux paramètres entrent en compte : l'époque à laquelle s'inscrit le fait principal et le rapport chronologique qui unit la subordonnée à sa principale.

Temps de la principale Subordonnée présente ou future Subordonnée passée
Présent ou futur
je doute
Subjonctif présent
qu'il parte
Subjonctif passé
qu'il soit parti
Passé ou conditionnel
je doutais
Subjonctif imparfait
qu'il partît
Subjonctif plus-que-parfait
qu'il fût parti

Le système réduit de concordance des temps

Cependant pour le subjonctif, on utilise à l'oral et bien souvent à l'écrit une forme réduite de concordance des temps. Seul compte le rapport chronologique entre la principale et la subordonnée. Cette forme réduite n'est pas valable pour l'indicatif.

Temps de la principale Subordonnée présente ou future Subordonnée passée
Tous les temps
je doute
Subjonctif présent
qu'il parte
Subjonctif passé
qu'il soit parti

Tableau d'utilisation des temps

Temps simples

└ l'oral

└ l'écrit

Rare

Indicatif présent

OK

OK

 

Indicatif imparfait

OK

OK

 

Indicatif passé simple

 

OK

 

Indicatif futur simple

OK

OK

 

Subjonctif présent

OK

OK

 

Subjonctif imparfait

 

OK

OK1

Conditionnel présent

OK

OK

 

Impératif présent

OK

OK

 

 

Temps composés

└ l'oral

└ l'écrit

Rare

Indicatif passé composé

OK

OK

 

Indicatif plus-que-parfait

OK

OK

 

Indicatif passé antérieur

 

OK

OK

Indicatif futur antérieur

OK

OK

 

Subjonctif passé

OK

OK

 

Subjonctif plus-que-parfait

 

OK

OK

Conditionnel passé 1ère forme

OK

OK

 

Conditionnel passé 2e forme

 

OK

OK

Impératif passé

OK

OK

OK

1 Ce temps ne s'utilise qu'à la 3e personne du singulier à l'écrit. Les autres formes sont extrêmement rares.

 

retour

index